Focus sur les JNMG

Very bad mood…
29/04/2015 (All day)

L’adolescence est une période de transition marquée par de multiples transformations y compris psychiques. Les équilibres concernant le rapport au corps, la construction de l’autonomie et de la subjectivité, ainsi que la socialisation sont fragiles. Des sentiments dépressifs modérés et transitoires touchent 30 % à 45 % de cette population et déroutent l’entourage mais l’épisode dépressif caractérisé est différent. Au milieu de l’adolescence, près d’un ado sur dix en est affecté, parfois gravement (1,7 % des cas). Statistiquement, le généraliste est donc très souvent confronté à cette pathologie mais en fait-il toujours le diagnostic ? En évalue-t-il toujours la sévérité ? Certainement pas ! Il faut dire que la consultation de l’adolescent a ses particularités qui sont autant de freins à la détection de cette maladie. 87 % environ des ados consultent un généraliste mais ils le font peu souvent et seulement 8 % évoquent des soucis psychologiques durant ces consultations. Leurs principaux motifs sont essentiellement somatiques ou administratifs : c’est le cas en particulier des ados ayant des problèmes psychologiques ! Or, à l’adolescence, une dépression de plus d'un an est fortement prédictive d’une dépression persistante à l’âge de jeune adulte. Enfin, une fois le diagnostic établi, le généraliste est souvent perplexe sur la conduite à tenir…

Comment dépister une dépression chez l’adolescent ? Comment en évaluer la gravité ? Quelles interventions/traitements proposer ?